20/04/2009

Question-Réponse

Bonjour Jacques et Christian,

sur les conseils de Madame Kim de la DDE, je vous adresse la question suivante :
j'ai vu dans certains avis de la sous-commission d'accessibilité, qu'il était prescrit pour la mise en place
d'élévateur que celui-ci soit réceptionné par un organisme agréé.
Afin de pouvoir rédiger l'arrêté de dérogation dans la bonne forme, pourriez-vous m'indiquer la ou
les référence(s) réglementaire(s) qui s'applique(nt) à cette prescription.

Avec tous mes remerciements.
Bien cordialement,
Dominique.



Bonjour Dominique,

C’est au titre de l’article AS 9 du règlement de sécurité qui prévoit une visite technique des ascenseurs
et donc des moyens de substitution tous les cinq ans et lors de la mise en service.

Cordialement.
Jacques Peter.

cher Dominique,
Il reste un détail également qui corrobore les écrits de Jacques,
il est à noter que de façon ordinaire les ascenseurs doivent êtres à la norme NF EN-81-70.
La dénomination CE des produits vendus sur le marché ne répondent pas forcément
aux critères d'accessibilité exigés par la norme NF.
Une réception du produit de substitution installé garantie et sécurise son usage.
Bien amicalement.
Christian

08/04/2009

Le taxi sur mesure

Le taxi sur mesure

Saint-Louis
HAGENTHAL-LE-BAS / TRANSPORT DE PARTICULIERS

Le confort d'un transport sans quitter son fauteuil.


Le transport de personnes en taxi s'ouvre également aux personnes à mobilité réduite.
Depuis Hagenthal-le-Bas, l'artisan Gérard Ketterlin s'y emploie en marge de son activité principale traditionnelle.
Depuis 2003, il sillonne les routes par toutes les saisons. Dans un véhicule de type monospace d'abord puis, ces dernières années, dans un mini-bus un peu particulier, comme l'explique Gérard Ketterlin : « Mon véhicule peut transporter jusqu'à neuf personnes mais sa spécificité me permet aussi d'y faire pénétrer des personnes en fauteuil roulant ». Dans la pratique, l'arrière du véhicule est équipé d'une rampe hydraulique (7 000 € d'investissement) permettant de mettre le fauteuil à niveau afin de le glisser dans l'habitacle. Les assises, sous formes de banquette, ont été remplacées par des sièges individuels, inclinables en couchette et modulables, « ce qui m'autorise le transport de cinq personnes et une personne en fauteuil ou trois personnes et deux fauteuils ». Ces derniers étant glissés grâce à un rail aménagé dans le plancher. Un confort qu'il tient à développer en direction des personnes à mobilité réduite (aujourd'hui, 10 % de son activité), mais qui l'amène aussi à convoyer une clientèle individuelle ou de groupes. C'est les cas pour « des cyclistes et leurs équipements, ou des jeunes qui souhaitent se rendre sur leurs lieux de divertissement en toute sécurité ».
Avec, en prime, la bonne humeur et les compétences d'un chauffeur également moniteur auto-moto.


Contact. Tél: : 06 30 94 42 06

Visite guidée virtuelle pour les personnes handicapées.

Château du Haut-Koenigsbourg

Visite guidée virtuelle pour les personnes handicapées.

Dans quelques mois, tous les visiteurs souffrant d’une déficience physique ou mentale auront droit à une visite guidée du château
du Haut-Koenigsbourg grâce à un film projeté en continu dans une salle audiovisuelle en cours d’aménagement.
Un pari très ambitieux.

■ Épargner aux visiteurs handicapés 300 marches à gravir sera possible après la mi-juillet, grâce à une visite virtuelle de l’ensemble du château
du Haut-Koenigsbourg et de ses collections. Dans la cour basse, le rezde- chaussée de la tour du moulin est en cours de transformation:
après cinq mois de travaux, il deviendra un espace audiovisuel. Un film trilingue doublé en langue des signes, sous-titré, disponible
en versions modulables selon l’âge et le type de handicap, y sera projeté en continu.
■« Une salle équipée de onze sièges amovibles et de sept emplacements pour fauteuils roulants »

« La visite virtuelle durera 20 minutes et sera pratiquement aussi longue que les commentaires habituels des guides, assure Gaëlle Fousse,
directrice adjointe du Haut-Koenigsbourg, car l’itinéraire classique de découverte, qui dure une heure, comprend les temps de déplacement entre
les différents niveaux et salles ».

« Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter là pour faciliter l’accès du château aux handicapés, affirme Gaëlle Fousse, directrice
adjointe du Haut-Koenigsbourg. Nous faisons actuellement réaliser une maquette tactile transportable par les guides destinée à faciliter les visites des mal-voyants, et nous installerons par ailleurs une maquette en relief près des caisses, à l’entrée principale.
La dépense globale est chiffrée à 15 000 ». Dans un avenir plus lointain, d’autres projets émergeront car l’administration du château a confié à une structure strasbourgeoise spécialisée, ARGOS service, la mission d’établir un diagnostic complet sur l’accessibilité des différents corps de bâtiment.
« Des perspectives qu’il faudra chiffrer, mais surtout qui nous permettront de tenir compte de préconisations précises lors de travaux ultérieurs ». Le prochain gros chantier – la consolidation de la maison alsacienne débutera fin 2009 – ouvrant la perspective de quelques aménagements possibles.